Nirvana, Interpol, The Smashing Pumkins mais aussi Pearl Jam, Rage Against The Machine: nombreux sont les groupes ayant activement participé à la renommée de la scène rock indé et post-hardcore new-yorkaise des années 90. Cependant, d’autres formations moins connues ont accompagné ce mouvement révolutionnaire: Into Another, Texas is The Reason ou encore Quicksand. Ces derniers viennent d’ailleurs de sortir leur nouvel album, Interiors, après 22 ans d’absence. Rien que ça.

Retour marquant ou égo frustré?

La discographie de Quicksand se compte sur les doigts d’une main. Leur EP éponyme (1990) présentait un son punk rock agressif qui va droit au but, grâce à des titres somptueux comme Clean State. ou Unfulfilled. Sortis avant le début du Nouveau Monde 2.0, ils décrivaient déjà les maux connus du XIème siècle.

Leurs deux albums studios, Slip (1993) et Manic Compression (1995), n’ont fait que confirmer Quicksand au rang de référence ultime du genre. La basse de Sergio Vega et le timbre granuleux de Walter Schreifels demeurent facilement identifiables. Il est toutefois intéressant de se demander si Interiors fut créé avec un désir réel d’innover ou une envie de flatter un égo frustré par l’oubli.

Un changement de trajectoire, un questionnement permanent

Interiors aura au moins eu le mérite de réunir la formation originelle. Au programme: Alan Cage à la batterie, Walter Schreifels (ex guitariste Gorilla Biscuits, bassiste Youth For Today) au chant/lead guitar, Sergio Vega à la basse et Tom Capone. Interiors est un condensé de signatures indémodables mais ose sortir des sentiers battus. En élargissant leur spectre de compétences, Quicksand sait se montrer novateur. Les singles Illuminant et Cosmonauts, dévoilés il y a quelques mois, avaient annoncé un léger changement de trajectoire plutôt positif. Les notions de temps, d’espace reviennent encore une fois. Symbole d’un questionnement permanent sur les minutes qui passent.

Nuancé par des singles noise rock plus bruts comme Under The Screw, Warm and Low, Interiors ou Feels Like A Weight Has Been Lifted, l’album s’autorise même des ballades dystopiques (Hyperion, Normal Love), une instrumentale (>>). Interiors est un 3ème album tout de même un peu en dessous des projets précédents. Il propose néanmoins des idées à conserver pour la suite. Il est difficile de ne pas s’éparpiller en essayant de se renouveler. La synergie notoire des quatre membres du groupe se fait sentir et équilibre cette inégalité rythmique générale. Interiors est typiquement le genre d’albums qu’il faut écouter à plusieurs reprises afin d’en saisir toutes les subtilités.

Quicksand – Interiors Tracklisting

Illuminant 💜

Under The Screw 💜

Warm And Low

>

Cosmonauts

Interiors

Hyperion

Fire This Time 💜

Feels Like A Weight Has Been Lifted

>>

Sick Mind

Normal Love 💜